La biodiversité des forêts sacrées au Cameroun  et dans  la Menoua en particulier est très peu connue. Pourtant ces forêts sont des milieux qui favorisent le développement de nombreuses espèces. Ce sont de véritables réservoirs de biodiversité, et parfois les seules formations forestières naturelles qui subsistent dans certains villages. Nkongmeneck & Tsabang (2001) ont réalisé un inventaire floristique dans deux forêts sacrées dans le Département de la Menoua : Men’ndé et Mami water :

Aspects ethnobotaniques

Au-delà de l’alliance spirituelle qui lie les forêts sacrées aux populations, les interactions entre les hommes et les ressources des forêts sacrées sont multiples. Tiokeng (2008) a décrit les usages de quelques plantes fréquentes dans quelques forêts sacrées de l’ouest Cameroun. L’étude présente les espèces suivantes dans différentes catégories d’usage suivantes :

v Les plantes utilisées en médecine traditionnelle

Ce sont: Albizia gummifera, Bridelia speciosa, Canarium schweinfurthii, Cassine aethiopica, Croton macrostachyus, Embelia schimperii, Markhamia lutea, Myrica arborea, Piper umbellatum, Prunus africana, Zehnaria scabra.

v Les plantes de grande valeur rituelle,

Parmi les plantes de grande valeur rituelle, on note : Piper umbellatum, Dracaena deisteliana, Ficus thoningui, Markhamia lutea, Vernonia amygdalina, Ensete giletii, Canarium scheweinfurthii, Musa paradisiaca, Musa sapientum.

v Les plantes alimentaires

Ce sont : Aframomum sp., Persea americana, Pseudospondia microcarpa, Canarium schweinfurthii, Elaeis guineensis, etc.